Communiqué de Résistance Sociale

Samedi 1er mai à la fin de la manifestation parisienne des militants isolés de la CGT ont été lâchement pris à partie par un groupe d’individus particulièrement violents.

Résistance Sociale apporte tout son soutien à ces militants et à leur organisation syndicale.

Documents joints
Document (PDF - 529.1 ko)
Premier mai la Léchère… Lutte et…espoir

Pour un 1er mai de lutte et d’espoir, Michel Etiévent s’exprime

Journal Resistance Sociale n° 202
Avril 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 et 2 : L’édito / p. 2 : Actu sociale (Les hôpitaux) / p.3 à 5 : Place au débat (La pédagogie de BFM) / p.6 : Actu sociale (BdF) / p. 7 : 1er mai / p.8 : Coup de gueule

L’édito de Marinette Bache

Les élections présidentielle et législatives n’auront lieu que dans plus d’un an, le temps du bilan n’est sans doute pas encore venu … sauf à dire qu’on pouvait déjà l’établir au bout d’une année, ce qui a d’ailleurs été démontré par l’ensemble du mandat !

Eh bien regardons quand même un peu où nous en sommes.

Et puisque nous sommes en pleine pandémie, commençons par l’hôpital, l’hôpital public, celui qu’on diffame quand tout va bien et qu’on fait applaudir lorsqu’on est en crise… faute de lui redonner les moyens supprimés depuis des années au nom du libéralisme qui détruit le service public. Gabriel Attal, porte-parole d’un gouvernement d’hypocrites, a beau reconnaitre « un probable sous-investissement dans l’hôpital », il n’en reste pas moins qu’on a continué et qu’on continue à imposer au service public hospitalier des économies comptables indignes passant par des suppressions de postes et de lits.

A travers les plans d’économies qui se sont succédé depuis plus de 15 ans à l’initiative des gouvernements de Sarkozy, Hollande et Macron, destinés à contraindre les dépenses hospitalières dans le strict respect d’objectifs comptables, ce sont plus de 12 milliards d’euros de coupes budgétaires qui ont été infligés aux hôpitaux. Ainsi ont disparu environ 40% des lits de réanimation ; on imagine ce que ça entraine pour la gestion de la pandémie dans les services ! Le prix fort est aussi payé par le manque flagrant de masques, de gel, de surblouses… Des actes chirurgicaux ont dû être repoussés : 25% de greffes en moins en 2020 (29% pour les greffes du rein), voilà un des brillants résultats de cette politique.

La politique de santé désastreuse qui éclate sous nos yeux n’est qu’une illustration du dogme macronien : il n’avait pas caché vouloir une France à la Thatcher, une « start-up nation », une société « post salariale », sans statuts, ubérisée, sans système de sécurité sociale. Il fallait tourner le dos au programme du CNR. Et il a amplifié la privatisation des services publics, hôpitaux, école, énergie, transports, … et il s’attaque même aux administrations (de la gestion des forêts… à celle de l’impôt ?). Il s’en prend au Code du travail -déjà mis à mal sous Hollande lorsqu’il était ministre des finances- et facilite la « mobilité », en fait les licenciements ; il supprime les structures de représentation du personnel et facilite les emplois « déstructurés » : uber ou auto-entrepreneurs. Le financement de la sécurité sociale est asséché : cotisations allocations familiales, cotisations chômage supprimées, cadeau aux entreprises avec des exonérations de cotisations sociales salariales et patronales. (...)

Documents joints
Non Monsieur Macron, la crise sanitaire ce n’est pas aux salaries de la payer !!!

Non Monsieur Macron, la crise sanitaire ce n’est pas aux salaries de la payer !!!

Documents joints
Document (PDF - 411.6 ko)
DANS L’ACTION LE 23 AVRIL ET LE 1ER MAI
communiqué des Unions Régionales d’Île-de-France CGT-FSU-Solidaires, avec l’UNEF et l’UNL

Alors que la situation sanitaire est explosive, que des contaminations s’accélèrent, particulièrement avec les variants du virus et qui touchent de plus en plus de personnes, une surmortalité est constatée proportionnelle aux inégalités sociales ou territoriales.

Depuis plus d’un an, aucune annonce gouvernementale ne témoigne d’une prise de conscience des raisons objectives de ce troisième confinement nationale qui ne dit pas son nom.

Pas un mot sur ce qui a conduit les hôpitaux publics et les services de santé en général à être au bord de l’implosion.

Documents joints
Document (PDF - 308.5 ko)
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 202, avril 2021
Par Michel ETIEVANT - Journal RESO n° 202, avril 2021
Par Marianne JOURNIAC - Journal RESO n° 202, avril 2021
Mars 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 201, mars 2021
Par Michel JALLAMION, président de la Convergence de Défense et de Développement des Services Publics (journal RESO n° 201, mars 2021)
Communiqué de presse
Résistance sociale est membre du collectif des signataires de cet appel, publié dans le journal RESO n° 200 de février 2021
Par Françoise DAL - Journal RESO n° 200, février 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 200, février 2021
Février 2021
DÉFENDONS NOS DROITS SOCIAUX ET NOS LIBERTÉS DÉMOCRATIQUES !
SYNDICAT FORCE OUVRIERE AP-HP
Publiées dans le n° 199 du journal RESO
Par Béatrice DURAND - Journal RESO n° 199, janvier 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 199, janvier 2021

REsistance SOciale
Association loi 1901
Siège social :
121 avenue Ledru Rollin
75011 PARIS
Tel : 06 33 82 05 15
Présidente de RESO
et directrice de la
publication :
Marinette BACHE