Victoire des salarié-e-s du nettoyage sur le centre des Finances Publiques du 11ème arrondissement à Paris
Mis en ligne le 26 mars 2017

A l’occasion d’un appel d’offres suivi d’un changement de prestataires au 1er janvier 2017, l’équipe de nettoyage de 7 salarié-e-s de Novasol (chantier anciennement attribué à TFN) a rencontré une série de problèmes :
  le nouveau patron a voulu se débarrasser d’une salariée de l’équipe au motif qu’elle ne présentait qu’une attestation de dépôt d’une demande de régularisation, mais il a maintenu sa position, même lorsque Marie, la salariée concernée, a présenté un titre de séjour avec autorisation de travail

  les avenants aux contrats réintroduisaient la clause de mobilité abandonnée suite à une gréve en 2015

  les remboursements des pass navigo n’ont pas été versés

  deux salariées en CDD n’ont été payées que pour une partie de leurs heures

  prélèvement d’office de la cotisation de la complémentaire santé, même pour les salariés disposant déjà d’une complémentaire obligatoire Après avoir envoyé une lettre collective à l’employeur demandant la réintégration de Marie et la satisfaction de leurs autres revendications, sans réponse positive, l’équipe de nettoyage s’est mise en grève à partir du 20 février.

Les grévistes très déterminé-e-s, ont mené une grève très active, avec rassemblements quotidiens et concert de bidons et poubelles devant le centre des Finances Publiques et une fois devant la Direction parisienne des Finances Publiques.

Les organisations syndicales parisiennes des Finances Publiques CGT, Solidaires et FO ont obtenu une audience auprès du Directeur et ont pu obtenir que les grévistes soient également entendus par lui. Il a manifesté une écoute attentive tout en rappelant que la responsabilité du contrat du nettoyage incombait à l’UGAP (Union Groupement d’Achats Publics qui passe les contrats avec les sous-traitants pour les administrations).

Les syndicats ont demandé la ré-internalisation des tâches de nettoyage et, à défaut l’augmentation des budgets alloués au nettoyage et une intervention pour faciliter la réintégration de Marie et le respect de tous les droits des salarié-e-s du nettoyage car les problèmes sont récurrents avec la sous-traitance.

La grève a duré 3 semaines et demie. Les grévistes ont été soutenus dans leur lutte par les agents des Finances Publiques, par l’UD CGT Paris, la CGT Finances Publiques Paris et les syndicats Solidaires et FO des Finances Publiques à Paris, mais aussi par des habitant-e-s du quartier, des militant-e-s associatifs et politiques (pétitions, rassemblements, solidarité financière). Le mardi 14 février des salarié-e-s des 3 sociétés sous-traitantes du nettoyage à Paris sur les sites des Finances Publiques se sont mis en grève pour demander la réintégration de Marie, mais aussi pour défendre leurs propres revendications. Vingt cinq salarié-e-s sont allés, ce jour là, avec leurs soutiens, au siège de Novasol en lointaine banlieue, obligeant l’entreprise à, enfin, ouvrir des négociations.

Le protocole d’accord a finalement été signé le jeudi 16 mars et représente une victoire pour les salarié-e-s en grève :
  réintégration immédiate de Marie à Novasol, avec maintien de l’intégralité de son salaire et affectation sur un site des Finances Publiques dès qu’un poste se libérera
  abandon de la clause de mobilité

  régularisation des heures non payées aux salariées en CDD

  engagement de payer le remboursement du pass navigo dès le premier mois

  affectation des heures de remplacement des congés sur le site prioritairement aux grévistes jusqu’à la fin de l’année

  pas de surcharge de travail pour les salarié-e-s de l’équipe (recours à un salarié extérieur pour la prestation trimestrielle de nettoyage machine)

VIVE LA LUTTE ET VIVE LA SOLIDARITE MERCI A TOUS CEUX ET TOUTES CELLES QUI ONT SOUTENU D’UNE MANIERE OU D’UNE AUTRE LA GREVE

Les salarié-e-s du nettoyage ne sont pas au bout de leurs peines, puisque, sur un autre site des Finances Publiques, rue de la Banque dans le 2ème arrondissement à Paris une autre société, VDS, qui a repris une partie du marché anciennement TFN, se livre aux mêmes pratiques, veut se débarrasser d’un salarié de l’équipe, sous un autre prétexte, et a baissé les heures de travail des autres personnes de l’équipe.

Pour le respect des droits des salarié-e-s du nettoyage, la lutte continue et nous serons à nouveau au rendez vous de la solidarité !

Pour télécharger ce tract, cliquez Ici

Documents joints
Document (PDF - 2.7 Mo)