Journal RESO N° 206
Septembre 2021

Au sommaire ce mois-ci

p. 1 et 2 : L’édito / p. 2 : lnternational / p. 3 à 6 : Place au débat : rupture de la Sécu ou reconquête ? / p. 7 : Actu sociale : 5 octobre communiqué intersyndical / p. 8 : Coup de gueule : bravo l’artiste mais pas merci !

L’édito de Marinette Bache

Voici donc la dernière trouvaille de Macron : permettre de donner des pourboires par carte bancaire. Il est sûr que cela va régler le manque de personnel dans le secteur de la restauration ! Et les médias - dont on hésite à les qualifier d’imbéciles ou de lèche-bottes (les 2 mon capitaine) - de reprendre ce formidable scoop à chaque édition de leur journal… Est-il utile de faire remarquer que cette (chiche, probablement très chiche quand elle ne sera pas nulle) augmentation pour les salariés concernés ne devra rien au patron, ne sera pas assujettie à cotisation (donc pas de salaire différé) ?

Quant à son efficacité, il est permis de douter. Par contre cela est un nouveau coin mis dans le principe des cotisations sociales, histoire de bien nous mettre dans la tête que « la sécu » coûte trop cher … aux patrons. Autre sacré coup de griffe dans notre modèle social : le statut dérogatoire accordé à 50 écoles, permettant aux directeurs de choisir les enseignants en fonction d’un projet pédagogique « adapté aux élèves ». Le « coup de gueule » de Flora Michel vous en dira plus. Soulignons tout de suite que cette décision tourne le dos à l’école républicaine de diverses manières : en cassant le statut unique des enseignants (la fonction publique est bien sûr en ligne de mire), en cessant d’offrir et de s’organiser pour assurer à l’ensemble des petits écoliers puis des collégiens et des lycéens l’accès à un même enseignement. On voit déjà dans certaines de nos grandes villes que l’enseignement dans les collèges et lycées des quartiers favorisés et des quartiers populaires n’est pas de la même exigence. Qu’en sera-t-il avec l’application de ce statut particulier ? Un recrutement à la tête du client et non basé sur les diplômes et concours pour les profs, un programme tout autant à la tête du client pour les élèves, c’est un grand pas vers l’école privée et le « chèque école » auquel certains rêvent.

Et pendant ce temps la crise sanitaire qui a servi de prétexte pour revenir sur les droits acquis des salariés, permet aux financiers de s’enrichir. C’est le cas de groupes pharmaceutiques tels Pfizer et Moderna qui ont profité de leur négociation avec l’Union Européenne pour augmenter - de 25% ! - le prix de leurs vaccins. L’ONG Oxfam rappelle que Pfizer, BioNTech et Moderna auraient facturé aux gouvernements jusqu’à 41 milliards de dollars de plus que le coût de production estimé des vaccins. Résistance sociale fait partie du collectif qui demande la levée des brevets et vous appelle à le rejoindre. (...)

Documents joints
Communiqué inter syndical du 30 août 2021

Le 5 octobre, mobilisé-es pour nos salaires, nos emplois et nos conditions de travail et d’études !

Documents joints
Document (PDF - 299.6 ko)
Journal Resistance Sociale n° 205 – JUILLET AOUT 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 et 2 : L’édito / p. 2 : lnternational / p. 3 à 6 : Place au débat : Fédéralisme et discours de Macron – Avez-vous remarqué : La Poste, la justice donne raison aux salariés / p.7 : Actu sociale : Politique régionale de transport ferroviaire : l’impasse de la concurrence / p.8 : Coup de gueule : Mieux vaut rouge que vert.

Documents joints
Journal Resistance Sociale n° 204
Juin 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 et 2 : L’édito / p. 2 : lnternational / p.4 à 6 : Place au débat (programme de stabilité européen) / p.6 et 7 : Actu sociale (Appel pour la Poste) p.8 : Coup de gueule

L’édito de Marinette Bache

Le scrutin qui vient de se dérouler, élections régionales et départementales, est clair et sans tendresse pour la démocratie : les 2/3 des Français ne croient plus en son exercice.

Evidemment, on entend, à longueur de médias, que les Français sont « inadaptés » à l’exercice politique (Duhamel) ou, au moins, qu’ils ne devront pas se plaindre puisqu’ils ne se rendent pas aux urnes (la gauche). Et quand le RN est aux portes d’une région la plupart -et, si je doute de l’efficacité, je ne condamne pas- appellent à voter pour ceux-là mêmes qui sont la cause de ce vote de désespérance. A nouveau donc, je m’insurge contre ce mépris des classes populaires qui consiste à condamner, à invectiver ceux qui ne veulent plus choisir une alternance qui n’est pas une alternative, alors qu’ils ont maintenant une trentaine d’années derrière eux pour constater que les politiques menées ne marquent pas la différence qu’ils souhaitaient. (...)

Documents joints
Document (Word - 306 ko)
Document (PDF - 1.7 Mo)
Journal Resistance Sociale n° 203
Mai 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 : L’édito / p.2 et 3 : lnternational / p.4 à 6 : Place au débat (Relance et austérité) / p.6 et 7 : Actu sociale (Mettons fin au système de brevets privés) / p.8 : Coup de gueule

L’édito de Marinette Bache

Le mois de mai a commencé par la traditionnelle manifestation du 1er mai. Résistance sociale a exprimé à travers un communiqué son soutien aux militants CGT qui ont été agressés en fin de parcours par un groupe d’individus particulièrement violents. Depuis des années, des éléments « incontrôlés » perturbent les manifestations dans le but évident de les discréditer. Cette fois, ils ont franchi une marche supplémentaire en s’en prenant physiquement à des militants syndicaux. Il serait temps, particulièrement à gauche, de cesser de trouver des excuses à ces fauteurs de troubles, casseurs, black-blocs, etc… et de les condamner fermement. Plus encore en cette journée du 1er mai symbole de la lutte des travailleurs de tous les pays pour obtenir de nouveaux droits et garder ceux durement acquis. Il est également temps d’exiger de nos gouvernants qu’ils donnent des ordres clairs et fermes aux forces de police afin que ces casseurs ne puissent plus nuire aux manifestations.

C’est le manque de force des organisations syndicales qui permet aux libéraux de s’en prendre aux droits collectifs et individuels des travailleurs, au statut d’EDF, à la sécurité sociale, d’imposer des licenciements et délocalisations, des privatisations et une réforme régressive des retraites… Nous aurions besoin de retrouver des organisations syndicales fortes et claires, en particulier une CGT, face au capitalisme débridé imposé par les dirigeants de la France et de l’Europe.

Dans ce contexte de faiblesse de la gauche syndicale, la gauche politique - électorale plus exactement - ne pèse pas lourd non plus : tout confondu - mais pas toute alliée ! - entre 25% et 30%. Faut-il pour cela appeler, lors de l’élection présidentielle de l’an prochain, à une candidature unique ? Aurait-elle un sens ou, au moins, une chance ?

Regardons le paysage politique. La décomposition qui dure depuis déjà pas mal d’années s’est accélérée ; c’est peut-être -espérons-le - le signe que la recomposition est à l’horizon. Pour ce qui est de la droite, le temps d’un grand parti de droite populaire, hérité du gaullisme, est bien révolu. Le petit parti libéral, issu du giscardisme, a rempli sa mission : la droite s’est modifiée, elle s’est mondialisée et elle ne s’encombre plus de considération « sociale ». LR se déchire entre les pseudos-héritiers et les pseudos-modernistes. Les premiers flirtent avec le Rassemblement national, version présentable du Front national ; les seconds sont depuis longtemps passés, avec armes, les bagages suivront, au macronisme actif dans lequel les successeurs de Giscard s’étaient déjà fondus. Une droite aux apparences sociales renaîtra-t-elle de cela ? Pas de de Gaulle à l’horizon, on peut en douter. (...)

Documents joints
Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Par Flora MICHEL - Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 206 - Septembre 2021
Par Pierre-Yves MESCOFF
Par Hugo PROD’HOMME
coup de gueule : Par Denis COLLIN
Par Jean-Claude CHAILLEY-Journal RESO n° 205 – JUILLET AOUT 2021
journal Réso n° 204 – JUIN 2021
journal Réso n° 204 – JUIN 2021
Nous publions ci-dessous un appel de la Convergence de Défense des Services Publics. Le CA de Réso.
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 204, Juin 2021
Par Loïc VERGNAUD - Journal RESO n° 203, mai 2021
Appel signé par RESO - Journal RESO n° 203, mai 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 203, mai 2021
Par Claude NICOLET - Journal RESO n° 203, mai 2021

REsistance SOciale
Association loi 1901
Siège social :
121 avenue Ledru Rollin
75011 PARIS
Tel : 06 33 82 05 15
Présidente de RESO
et directrice de la
publication :
Marinette BACHE