Journal Resistance Sociale n° 205 – JUILLET AOUT 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 et 2 : L’édito / p. 2 : lnternational / p. 3 à 6 : Place au débat : Fédéralisme et discours de Macron – Avez-vous remarqué : La Poste, la justice donne raison aux salariés / p.7 : Actu sociale : Politique régionale de transport ferroviaire : l’impasse de la concurrence / p.8 : Coup de gueule : Mieux vaut rouge que vert.

Documents joints
Journal Resistance Sociale n° 204
Juin 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 et 2 : L’édito / p. 2 : lnternational / p.4 à 6 : Place au débat (programme de stabilité européen) / p.6 et 7 : Actu sociale (Appel pour la Poste) p.8 : Coup de gueule

L’édito de Marinette Bache

Le scrutin qui vient de se dérouler, élections régionales et départementales, est clair et sans tendresse pour la démocratie : les 2/3 des Français ne croient plus en son exercice.

Evidemment, on entend, à longueur de médias, que les Français sont « inadaptés » à l’exercice politique (Duhamel) ou, au moins, qu’ils ne devront pas se plaindre puisqu’ils ne se rendent pas aux urnes (la gauche). Et quand le RN est aux portes d’une région la plupart -et, si je doute de l’efficacité, je ne condamne pas- appellent à voter pour ceux-là mêmes qui sont la cause de ce vote de désespérance. A nouveau donc, je m’insurge contre ce mépris des classes populaires qui consiste à condamner, à invectiver ceux qui ne veulent plus choisir une alternance qui n’est pas une alternative, alors qu’ils ont maintenant une trentaine d’années derrière eux pour constater que les politiques menées ne marquent pas la différence qu’ils souhaitaient. (...)

Documents joints
Document (Word - 306 ko)
Document (PDF - 1.7 Mo)
Journal Resistance Sociale n° 203
Mai 2021

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 : L’édito / p.2 et 3 : lnternational / p.4 à 6 : Place au débat (Relance et austérité) / p.6 et 7 : Actu sociale (Mettons fin au système de brevets privés) / p.8 : Coup de gueule

L’édito de Marinette Bache

Le mois de mai a commencé par la traditionnelle manifestation du 1er mai. Résistance sociale a exprimé à travers un communiqué son soutien aux militants CGT qui ont été agressés en fin de parcours par un groupe d’individus particulièrement violents. Depuis des années, des éléments « incontrôlés » perturbent les manifestations dans le but évident de les discréditer. Cette fois, ils ont franchi une marche supplémentaire en s’en prenant physiquement à des militants syndicaux. Il serait temps, particulièrement à gauche, de cesser de trouver des excuses à ces fauteurs de troubles, casseurs, black-blocs, etc… et de les condamner fermement. Plus encore en cette journée du 1er mai symbole de la lutte des travailleurs de tous les pays pour obtenir de nouveaux droits et garder ceux durement acquis. Il est également temps d’exiger de nos gouvernants qu’ils donnent des ordres clairs et fermes aux forces de police afin que ces casseurs ne puissent plus nuire aux manifestations.

C’est le manque de force des organisations syndicales qui permet aux libéraux de s’en prendre aux droits collectifs et individuels des travailleurs, au statut d’EDF, à la sécurité sociale, d’imposer des licenciements et délocalisations, des privatisations et une réforme régressive des retraites… Nous aurions besoin de retrouver des organisations syndicales fortes et claires, en particulier une CGT, face au capitalisme débridé imposé par les dirigeants de la France et de l’Europe.

Dans ce contexte de faiblesse de la gauche syndicale, la gauche politique - électorale plus exactement - ne pèse pas lourd non plus : tout confondu - mais pas toute alliée ! - entre 25% et 30%. Faut-il pour cela appeler, lors de l’élection présidentielle de l’an prochain, à une candidature unique ? Aurait-elle un sens ou, au moins, une chance ?

Regardons le paysage politique. La décomposition qui dure depuis déjà pas mal d’années s’est accélérée ; c’est peut-être -espérons-le - le signe que la recomposition est à l’horizon. Pour ce qui est de la droite, le temps d’un grand parti de droite populaire, hérité du gaullisme, est bien révolu. Le petit parti libéral, issu du giscardisme, a rempli sa mission : la droite s’est modifiée, elle s’est mondialisée et elle ne s’encombre plus de considération « sociale ». LR se déchire entre les pseudos-héritiers et les pseudos-modernistes. Les premiers flirtent avec le Rassemblement national, version présentable du Front national ; les seconds sont depuis longtemps passés, avec armes, les bagages suivront, au macronisme actif dans lequel les successeurs de Giscard s’étaient déjà fondus. Une droite aux apparences sociales renaîtra-t-elle de cela ? Pas de de Gaulle à l’horizon, on peut en douter. (...)

Documents joints
1871-2021 : elle est vivante. Vive la Commune !

1871-2021 : elle est vivante. Vive la Commune ! Association des amies et amis de la Commune 1871

La Sécu, une reconquête vitale

Résistance Sociale soutient et participe à la visio-conférence organisée par la Convergence des Services Publics et l’Humanité le vendredi 21 mai

Par Pierre-Yves MESCOFF
Par Hugo PROD’HOMME
coup de gueule : Par Denis COLLIN
Par Jean-Claude CHAILLEY-Journal RESO n° 205 – JUILLET AOUT 2021
journal Réso n° 204 – JUIN 2021
journal Réso n° 204 – JUIN 2021
Nous publions ci-dessous un appel de la Convergence de Défense des Services Publics. Le CA de Réso.
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 204, Juin 2021
Par Loïc VERGNAUD - Journal RESO n° 203, mai 2021
Appel signé par RESO - Journal RESO n° 203, mai 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 203, mai 2021
Par Claude NICOLET - Journal RESO n° 203, mai 2021
Par Jean-Claude CHAILLEY - Journal RESO n° 202, avril 2021
Par Michel ETIEVANT - Journal RESO n° 202, avril 2021
Par Marianne JOURNIAC - Journal RESO n° 202, avril 2021
Avril 2021

REsistance SOciale
Association loi 1901
Siège social :
121 avenue Ledru Rollin
75011 PARIS
Tel : 06 33 82 05 15
Présidente de RESO
et directrice de la
publication :
Marinette BACHE