Le Conseil d’État déclare illégal l’essentiel de la réforme de l’assurance chômage

Le gouvernement avait décidé par des décrets s’appliquant au 1er novembre 2019 de baisser gravement les droits des chômeurs indemnisés et même de supprimer les allocations à nombre d’entre eux.

La CGT, Solidaires, CGC et Fo avaient saisi le Conseil d’État contre ces décrets ; ainsi que le Medef et plusieurs fédérations patronales pour des raisons diamétralement opposées.

Journal Resistance Sociale n° 196
Octobre 2020

Au sommaire ce mois-ci :

p.1 et 2 : L’édito : « A Samuel Paty… » / p. 2 : Solidarité internationale : en Bolivie, le peuple s’est exprimé ! / p.3 à 5 : Place au débat : en colère, je suis en colère… / p. 5 à 7 : Actualité sociale : VEOLIA SUEZ : pour une gestion publique de l’eau / Crise sanitaire et PME : résister mais jusqu’à quand ? / p.7 : Avez-vous remarqué ? : l’accès aux urgences à 18 euros / p.8 : Appel des 49 pour la laïcité

L’édito de Marinette Bache

A Samuel Paty, nous devons de nous souvenir du courage dont il a fait preuve pour s’affronter au tabou des caricatures afin d’exposer à ses élèves ce qu’est la liberté d’expression.

A Samuel Paty, nous devons d’emprunter un peu de ce courage pour cesser de nous incliner devant les injonctions des islamistes.

A Samuel Paty, nous devons la vérité, celle de ne plus trouver d’excuses à ceux qui, au nom de la pratique intégriste d’une religion, sèment la crainte dans nos quartiers et tuent.

Combat laïque, combat social. L’un et l’autre sont indissociables. L’un ne surpasse pas l’autre. Et on ne mène pas l’un sans l’autre. Le peuple ne le veut pas et nous reste sourd quand on l’oublie.

Qu’ils se taisent ceux qui prétendent combattre l’islamisme alors qu’ils abandonnent les quartiers à la misère sociale et intellectuelle. Alors qu’ils mettent les sociétés de HLM au pain sec, les contraignent à des économies comptables qui participent à la dégradation accélérée des logements sociaux. Alors qu’ils ferment les services publics : bureaux de poste qui baissent le rideau, transports publics qui ne desservent plus certaines rues trop dangereuses pour les chauffeurs, médecins qui fuient leur cabinet sous la menace des dealers, agences EdF, de la CPAM, centres des impôts qui disparaissent et contraignent les usagers à faire des kilomètres pour bénéficier de services qui leur sont dus. Les pompiers n’osent plus y pénétrer pour éteindre les feux de poubelles : marre d’être caillassés. Caillassés, comme tous ceux qui portent un uniforme -qui symbolisent l’Etat. Il y a longtemps que les agents de police -surtout les jeunes femmes, pire si elles sont noires ou maghrébines, regagnent leur domicile en civil et taisent leur profession. La police de proximité, celle qui connaissait les habitants et leur parlait, a déserté. On ne voit plus que la BAC. Et les emplois, particulièrement les vrais emplois avec un vrai statut, sont à peu près inexistants…

Quant à l’école, c’est à désespérer. Ceux qui en ont les moyens, Français de « souche » ou de « 2ème génération » pareillement, fuient des classes où le niveau a baissé et où l’islamisme pénètre, en douceur d’abord par le port du voile pour les mères accompagnatrices, ensuite par les filles munies d’un certificat médical de complaisance pour ne pas pratiquer le sport.

Oui, nombreux sont ces quartiers abandonnés, non pas à eux-mêmes, mais à l’islamisation rampante.

Ça couterait cher d’y réinstaller des bureaux de police, des services de proximité ? Ca couterait cher de redonner des moyens à l’école publique, de dédoubler les classes, d’instaurer dans les locaux des aides aux devoirs, d’embaucher des surveillants et des accompagnateurs pour les sorties scolaires ?

Eh bien cela couterait moins cher que de livrer une génération de déshérités au fanatisme religieux ! Ils sont nos compatriotes ou les hôtes de la République. Nous leur devons tout, exactement tout, ce que donne et doit donner la France à l’ensemble de ses enfants.

Et, en échange, nous exigerons le respect de la France républicaine. Et naturellement, ils aimeront leur pays.

Car le combat laïque est l’autre face du combat social. (...)

Documents joints
Communiqué des UD CGT et CGT FO
Documents joints
Document (PDF - 72.8 ko)
FERMETURE DES URGENCES DE L’HOTEL DIEU APHP

COMMUNIQUE DE PRESSE du 09 Novembre 2020

FERMETURE DES URGENCES DE L’HOTEL DIEU APHP « ON VERBALISE CEUX QUI DEMANDENT LE MAINTIEN D’UN HOPITAL EN PLEINE EPIDEMIE !

HONTE AU GOUVERNEMENT MACRON, A VERAN ET A MARTIN HIRSCH ! »

Documents joints
Document (PDF - 184.1 ko)
PAS DE CONFINEMENT POUR L’ACTION SYNDICALE
Communiqué commun

Les URIF CGT FO FSU Solidaires avec l’UNEF et l’UNL considèrent que le confinement décidé la semaine dernière par le chef de l’Etat est encore plus clair que celui décidé en mars : il s’agit désormais de répondre exclusivement aux impératifs du patronat et en particulier des grands groupes (GAFA, etc.) puisque pour les salariés, tout est dorénavant interdit – ou presque – sauf d’aller travailler. Dans une société capitaliste, seule l’économie est importante.

Documents joints
Document (PDF - 194.8 ko)
Par Aude BERRI - Journal RESO n° 196 - Octobre 2020
Par Yves LAOT - Journal RESO n° 196 - Octobre 2020
Par Pierre MESCOFF - Journal RESO n° 196 - Octobre 2010
Par Béatrice MULLIE - Publié dans le journal RESO n° 196 - Octobre 2020
Publié dans le journal RESO n° 196 - Octobre 2020
Edito de Marinette Bache, journal RESO n° 196 - Octobre 2020
Soutien aux étudiants des IFSI de l’AP-HP
Par Jean Claude CHAILLEY
Tribune écrite par Hugo PROD’HOMME parue sur LeMonde.fr le 12/09/2020
Septembre 2020
par syndicoAdmin
par syndicoAdmin

REsistance SOciale
Association loi 1901
Siège social :
121 avenue Ledru Rollin
75011 PARIS
Tel : 06 33 82 05 15
Présidente de RESO
et directrice de la
publication :
Marinette BACHE